En utilisant ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies à des fins d'analyse et de contenus personnalisés. Pour en savoir plus, cliquez ici.

Accepter

Calculer votre capacité d’emprunt et réaliser votre plan de financement

Calculer votre capacité d’emprunt et réaliser votre plan de financement

Avant de concrétiser l’achat de votre bien, il est primordial d’anticiper le financement de votre projet immobilier. Comment évaluer votre capacité d’emprunt ? Quel est votre apport personnel et quelle somme emprunter ? Autant de calculs à faire avant d’acheter ! 

 

Votre capacité d’emprunt 


Qu’il soit sur 15, 20 ou 25 ans, un crédit vous engage à rembourser des mensualités qui comprennent des intérêts d’emprunt et l’assurance liée à votre prêt. Ces mensualités ne doivent pas dépasser environ 1/3 des revenus mensuels du foyer si vous ne souhaitez pas vous retrouver dans une situation de surendettement. 


Afin de définir le plan adéquat, vous pouvez jouer sur 3 critères : 


  • Le taux d’intérêt, historiquement au plus bas actuellement, 

  • La durée idéale, 

  • La juste mensualité. 

 

Votre apport personnel 


Votre apport personnel est la somme dont vous disposez hors emprunt. Elle peut provenir de votre épargne, d’un livret A, d’un livret de Développement Durable, d’un compte ou d’un plan épargne logement ou même d’une assurance-vie. 


Dans le cas où vous êtes primo-accédant, vous pouvez bénéficier du PTZ (Prêt à Taux Zéro) selon vos conditions de ressources. Votre apport peut également résulter de la revente d’un logement pour en acquérir un nouveau. Pensez aussi aux montants prêtés par la famille ou à une donation qui pourront compléter votre apport. 


Côté employeur, certains proposent à leurs salariés un plan d’épargne entreprise (PEE) dans lequel puiser afin de financer l’achat d’une résidence principale. Par ailleurs, des prêts d’action logement, appelés depuis 2010 « 1% logement », disposent de taux très faibles et font partis de l’apport personnel. 


Dans tous les cas, l’apport personnel représente généralement entre 10 et 20% du prix d’achat du bien, ce qui revient à l’ensemble des frais liés à l’achat, frais de notaire compris. À noter que cet apport peut être moindre dans les régions ou les prix de l’immobilier sont très élevés voire inexistant si certaines conditions sont réunies. 

 

Le montant à emprunter 


Afin de calculer le montant dont vous aurez besoin pour financer votre projet immobilier, pensez à additionner : 


  • Le prix du bien, 

  • Les frais annexes comme l’assurance décès-invalidité (généralement 0,40% du capital emprunté), 

  • La garantie de l’emprunt (caution ou hypothèque), 

  • Les frais de dossier, 

  • Le coût des éventuels travaux, 

  • Les frais de déménagement. 


Si les taux d’intérêt révisables sont en général plus faibles que les taux fixes, ils sont cependant moins sécurisants car ils ne sont pas définitifs. Avant de vous lancer, sachez par ailleurs, que vous avez peut-être droit à un prêt aidé tel que le prêt conventionné ou le prêt d’accession sociale. Ils sont compatibles avec l’aide personnalisée au logement (APL). 


Pour vous aider à estimer le montant à emprunter, des sites internet, dont ceux des banques, vous permettent de faire des simulations de prêt. Pour évaluer votre crédit, pensez à vous baser sur le taux effectif global (TEG) qui intègre les frais annexes au taux brut.

lundi 4 mars 2019